• Azimut Transport

Quelles alternatives au thermique ? L’électricité (3/5)

Trouver une alternative aux moteurs thermiques, représente depuis une dizaine d'années l'enjeu principal des constructeurs automobiles. Dans une série d'articles, nous vous proposons de découvrir 5 technologies qui laissent penser que le moteur à essence signe bientôt ses dernières années.



Regardons aujourd’hui de plus près le cas de la voiture électrique. De plus en plus plébiscitée, elle a fait son apparition dans nos foyers il y a déjà une dizaine d’années. Encouragée par les différentes primes à l’achat et ayant rapidement pris la place d’alternative principale à la voiture thermique dans l’inconscient collectif, la voiture électrique espère bien gagner du terrain dans le paysage automobile mondial.


Un véhicule électrique fonctionne à l’aide de batteries lithium, généralement placées sous le plancher de la voiture. Ces batteries peuvent stocker une grande quantité d’énergie, qui ce permet aujourd’hui une belle autonomie des véhicules pouvant aller jusqu’à 600km en moyenne. De plus, l’alimentation de cette batterie est nettement moins coûteuse que l’utilisation de carburant : il faut compter en effet 2,5€ pour 100km avec un véhicule électrique, contre 6,5€ pour le diesel. Une économie importante sur le prix, à laquelle s’ajoute donc de nombreuses primes, telles que le bonus écologique ou la prime à la conversion; beaucoup d’atouts économiques qui permettent ainsi de compenser le coût plus élevé d’un véhicule électrique à l’achat.


De plus, une voiture électrique permet également de réduire nettement les coûts d’entretien. En effet, la boite de vitesse, l’embrayage, le carburateur n’existent plus, nul besoin de se soucier de la vidange non plus, seuls les pneus et les plaquettes de frein restent à entretenir. On estime à environ une vingtaine de pièces à contrôler sur un véhicule électrique, contre près de 1000 sur un véhicule thermique. En revanche, la batterie, comme sur nos téléphones ou autres objets électroniques, possède une durée de vie maximale d’environ 8 à 10 ans et son remplacement reste assez onéreux, entre 5000 et 8000€.


L’utilisation de ces batteries a donc beaucoup d’avantages mais il faut cependant garder à l’esprit que leur fabrication reste assez polluante. En effet, l’extraction du lithium reste un procédé complexe et très énergivore, qui entraine notamment des problèmes de pollution des sols et de pillage des réserves d’eau. Une norme européenne oblige aujourd’hui le recyclage d’au moins 50% des composants d’une batterie, mais ce processus coûte pour l’instant plus cher que l’extraction.


Dans une moindre mesure, on peut également pointer du doigt la vitesse de recharge pour un plein. Il suffit en effet de quelques minutes à la pompe à essaence, contre plusieurs heures si vous choisissez de rechargez votre voiture dans votre garage. Une durée de recharge qui reste surtout significative lors de longs trajets, qui nécessite donc un arrêt plus important à la borne et une organisation au préalable afin de s’assurer de la présence de points de recharge sur le trajet.


La voiture électrique séduit donc jour après jour par ses nombreux atouts. Choisie surtout par ses faibles rejets en CO2, il est important de garder à l’esprit que la fabrication du véhicule et de sa batterie reste des procédés polluants. Au quotidien, la propreté de la voiture dépend donc surtout de la propreté de l’électricité utilisée.




0 commentaire